Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettres W à Z, de Wading à Zeph


Bon, je préfère vous prévenir tout de suite, cette fin d’alphabet, ça va être un peu n’importe quoi ! Et bien oui, déjà qu’en français c’est un peu la dèche, en islandais c’est bien pire ! Mais vous allez comprendre, merci d’avance pour votre indulgence, il était temps je crois que ce petit dico illustré se termine 😉 .

_____________________________________________________

WADING

_____________________________________________________

Pas de W en islandais donc je fais avec ce que je trouve, l’anglais 🙂 . Wading, action de traverser une rivière les pieds immergés (d’où le terme waders). Les pêcheurs en rivière qui sévissent en Islande connaissent ce plaisir, les randonneurs non frileux également 🙂 . Par extension, action de passer dans l’eau avec une voiture ou tout autre véhicule motorisé. Si vous empruntez les pistes islandaises, nul doute qu’il vous faudra tôt ou tard surmonter cette étape un brin stressante. Attention, je déconseille vivement de jouer les cadors car même les plus chevronnés se font avoir parfois, la preuve en images à Landmannalaugar 😉 . Heureusement, tout est bien qui finit bien cette fois-là mais il n’y a pas toujours quelqu’un à proximité pour vous sortir d’affaire !

_____________________________________________________

WIND

_____________________________________________________

Voir à Zeph 🙂 .

_____________________________________________________

XEROPHILE

_____________________________________________________

Se dit d’un organisme vivant dans un milieu aride. En Islande, on retrouve des plantes xérophiles dans les milieux dunaires et sur les sols volcaniques faits de sable et de scories, là où l’eau est absorbée très rapidement. Sur le littoral, on retrouve dans cette catégorie des espèces telles que le pourpier de mer (Honckenya peploides) ou encore le seigle de mer (Leymus arenarius), appelé aussi élyme des sables. Cette dernière à un rôle stabilisateur important pour les terrains sablonneux, entraînant la formation de monticules aux formes étonnantes et dont elle coiffe le sommet. On la retrouve également jusque dans les hautes terres du milieu.

fleu, flore, Islande, pourpier de mer

Résistance, pourpier de mer (Honckenya peploides), péninsule de Reykjanes

Dans ces déserts, on retrouve également quelques plantes particulièrement résistantes comme le silène acaule (silene acaulis), la sabline de Norvège (arenaria norvegica) ou encore l’armérie maritime (ameria maritima).

silene acaule, fleur, coucher de soleil, Islande

Silène acaule (silene acaulis)

_____________________________________________________

YTRI-NÁMAKOLLA

_____________________________________________________

Principal sommet du Námafjall culminant à 482 mètres. De là-haut, vue époustouflante sur le champ hydrothermal de Hverarönd, le lac Mývatn et les inquiétantes étendues de lave de Búrfellshraun.

Ytri-Namakolla, Namajfall, paysage, Islande

En route pour l’Ytri-Namakolla (482 m). En contrebas, le champ géothermique de Hverarönd et les étendues de lave de Búrfellshraun.

_____________________________________________________

YULE CAT

_____________________________________________________

Jólakötturinn en islandais, le Yule Cat est un terrible chat hantant les campagnes islandaises, à la manière de l’Ankou dans mes chers Monts d’Arrée. Certes, lui ne fait pas passer de vie à trépas celui qui entendrait sa charrette (a-t-on déjà vu un chat tirer une charrette non mais ?), en revanche il croque les pauvres malheureux qui n’auraient pas eu la chance d’avoir de nouveaux vêtements à se mettre avant les fêtes !!! Charmant le matou, un brin sadique quand même ! J’imagine qu’il a été cousu de toutes pièces lors de la fameuse crise islandaise du textile 🙂 .

Bon, très honnêtement, je l’avoue platement, je n’ai pas réussi à prendre en photo cet horrible minou 😦 . En revanche, je crois que j’ai retrouvé le fameux Groucha de Téléchat (désolé pour les djeuns !) 🙂 . Et scoop, il coule peinard une petite retraite bien méritée à Stykkishólmur ! Veinard va 😉 .

Yule Cat, Groucha

Yule Cat ou Groucha ? 🙂

_____________________________________________________

ZEPH

_____________________________________________________

Même constat que pour le W, la lettre Z n’existe pas, ou plus précisément, n’existe plus en islandais. Elle a été abolie en 1974 et n’est plus utilisée que par quelques irréductibles. Je me rabats donc sur ce que je trouve !

Bon, à ce qu’il paraît, il y a très très souvent un vent à défriser les moutons en Islande. C’est vrai que lors de mon premier voyage, j’avais été gâté à ce niveau-là… Par contre, lors de ma dernière virée là-haut, rien, nib, nada, pétole 95 % du temps ! Du coup, je n’ai pas mieux que ces petites animations pour illustrer cette grosse bête noire des cyclotouristes et autres randonneurs au long cours 🙂 .

vent, Islande, fumerolles, gif animé

Le vent souffle sur Hverarönd

_____________________________________________________

Un conseil cependant, si vous avez la chance de monter là-haut, n’oubliez pas votre coupe-vent ! Et si par le plus grand des hasards (ou pas !), la météo s’avérait capricieuse, vous remercierez Njörd, dieu de la mer et des vents, de vous faire vivre les 4 saisons par jour et de vous bombarder ainsi de magnifiques arcs-en-ciel 🙂 .

vent, nuages, Paysages, Islande, gif animé

Le souffle du troll 🙂 , Ólafsfjarðarvegur, Tröllaskagi

_____________________________________________________

Et bien voilà, nous arrivons au terminus, au bout du bout… Ainsi s’achève ce petit dictionnaire illustré, après vingt-deux mois de dur labeur… le temps de gestation d’un éléphant d’Afrique me direz-vous ! Et tout ça pour accoucher d’une souris ? Oui, mais une souris illustrée riche de 23 articles, 476 photos et 17 vidéos tout de même 🙂 .

Certes, je vous avais prévenu en préambule mais avec ses 158 thèmes abordés, ce petit dico s’est avéré fort incomplet car fruit de mes trop courtes aventures là-haut. J’espère cependant que vous aurez pris autant de plaisir à parcourir l’Islande à mes côtés que j’en ai eu à vous faire voyager. Que de bons souvenirs ! Que de fantastiques moments à s’extasier devant des paysages tous plus grandioses les uns que les autres ! Les falaises de Látrabjarg sous le soleil de minuit, les randonnées nocturnes à Landmannalaugar, les crapahutages entre fjords et montagnes dans les Vestfirðir ou encore les flâneries vagabondes dans les hautes terres désolées… Et toutes ces rencontres ornitho incroyables, plongeons, macareux, phalaropes et tant d’autres… Partager ces instants avec vous fut un plaisir immense, une soupape vitale également dans les moments les plus sombres…

Vous l’aurez compris, l’Islande a une place bien particulière dans mon cœur. Cette page tournée, je veux cependant continuer à vous faire découvrir d’autres horizons. Des horizons d’ici ou d’ailleurs, par-delà les océans ou à deux pas de chez vous, mais toujours au plus près de la Nature, forcément… Un immense merci à vous tous pour vos encouragements et votre fidélité à toute épreuve. Je vous dis donc à très bientôt pour de nouvelles aventures naturalistes 😉 .