Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre N, du Námafjall à Narfeyri


carte-islande-lettre-n

_____________________________________________________

NÁMAFJALL

_____________________________________________________

Voir aussi à Hverarönd et à fumerolles.

Magnifique colline d’or et de feu, à deux pas du lac Mývatn (Nord-Est). Enfichée tel un joyau dans un désert de lave à la noirceur inquiétante, la magie du lieu est encore amplifiée par les fumerolles, solfatares et marmites de boue bouillonnant à ses pieds, dans le champ géothermique de Hverarönd (appelé aussi Hverir, voire même Námafjall).

Fumerolle, Hverarond, Namajfall

Fumerolle, Hverarönd, Námafjall

_____________________________________________________

Culminant à 482 mètres d’altitude seulement, la vue depuis son sommet est pourtant époustouflante. Tandis qu’au Sud-Ouest et à l’Ouest s’étendent les eaux calmes du lac Mývatn, il est bordé au Nord par la route 1 et le fameux col de Námaskarð, à l’Est par le champ hydrothermal de Hverarönd, à l’Ouest par la centrale géothermique de Bjarnarflag (voir aussi à Kröflustöð). Un peu plus loin au Sud et à l’Est se trouvent les vastes étendues de lave du Búrfellshraun.

Paysages, Islande, Namajfall, Myvatn

Vue sur le lac Mývatn depuis le sommet du Námafjall

_____________________________________________________

Paysages, Islande, Namaskard, route 1

La route 1 à hauteur du col de Námaskarð

_____________________________________________________

Hverarond, namafjall, Islande, paysage

Le champ géothermique de Hverarönd depuis le Námafjall

_____________________________________________________

Burfellshraun, paysages, Islande

Aperçu des étendues de lave de Búrfellshraun depuis le sommet du Námafjall

_____________________________________________________

Signifiant la montagne de la mine en islandais, le Námafjall fut en effet exploité par le passé pour son importante teneur en soufre, minéral entrant dans la composition des poudres à canon notamment. C’est bien entendu à ce soufre que l’on doit cette magnifique couleur dorée.

BNamajfall, Hverarond, soufre, montagne, Islande

La montagne de soufre

_____________________________________________________

En contrebas de la face Ouest, le champ géothermique de Hverarönd (appelé aussi Hverir) est l’un des sites les plus touristiques d’Islande (hors saison estivale, ce n’est tout de même pas Disneyland… enfin, pour le moment…). Avec ses innombrables fumerolles, mares de boue bouillonnantes et sources chaudes, l’endroit est sans conteste l’une des grandioses vitrines de l’intense activité volcanique de l’île.

Hverarond, Namajfall, mare de boue

Vue sur le champ géothermique de Hverarönd, le Námafjall en toile de fond

_____________________________________________________

Réchauffées par les roches en fusion de la chambre magmatique du Krafla voisin, les eaux souterraines remontent ici chargées en gaz (sulfure d’hydrogène essentiellement) et minéraux (soufre, fer, aluminium, sulfate, magnésium…).

Mare de boue, soufre, Hverir, Islande

Mare de boue & dépôts de soufre, Hverarönd

_____________________________________________________

Les émanations de sulfure d’hydrogène issues des fumerolles et solfatares (fumerolles dégageant d’importantes quantités de soufre et constituant les dépôts éponymes) donnent à l’endroit cette odeur caractéristique d’œuf pourri que l’on retrouve aussi à Seltún (péninsule de Reykjanes). Ici et là, les fumerolles s’envolent et virevoltent au gré des vents, caressant d’un souffle tiède les visiteurs de passage, silhouettes fantomatiques errant dans cet univers post-cataclysmique…

Namajfall, soufre, fumerolles, sommet, paysages, Islande

Ambiance post-cataclysmique au sommet du Námafjall

_____________________________________________________

solfatare, Hverir, volcanisme, Islande

La cheminée de Hverarönd, infatigable solfatare

_____________________________________________________

soufre, Hverir, Hverarond

Dépôts de soufre et nuages sombres, Hverarönd

_____________________________________________________

Comme la très grande majorité (si ce n’est la totalité) des sites touristiques islandais, Hverir était jusqu’à présent libre d’accès et gratuit. Malheureusement, il semblerait que tout ceci soit en train de changer, le site étant apparemment devenu payant au plus fort de la saison touristique (juillet-août), comme Leirhnjúkur d’ailleurs. Tellement dommage mais sans doute prévisible lorsqu’on voit à quelle vitesse le tourisme de masse croît sur l’île, entraînant avec lui son inexorable (f)lot de personnes irrespectueuses de l’environnement et de businessmen qui ont su flairé le bon filon… Espérons que l’Islande et les Islandais sauront contenir à une juste mesure ce dangereux virus, sans doute nécessaire à l’économie du pays mais avec lequel ils pourraient perdre leurs âmes et bien plus encore…

Mare de boue, fumerolles, Hverarond

Ambiance, Hverarönd et le Námafjall en arrière-plan

_____________________________________________________

source d'eau chaude, fumerolle, mare de boue, solfatares, Hverarond, Hverir, paysages, Islandede

La génèse, Hverarönd

_____________________________________________________

NARFEYRI

_____________________________________________________

Minuscule petit hameau comme on en trouve des dizaines en Islande. Quelques hangars agricoles, une ou deux maisons et … une charmante petite église à la toiture rouge vif.

L’histoire de cette petite église résume à elle-seule la pugnacité qu’il a fallu à des générations d’Islandais pour vivre dans un pays aussi rude ; un pays où à chaque endroit, à chaque instant, la Nature vous démontre d’une manière ou d’une autre son infinie puissance.

Construite sur les vestiges d’une église érigée à l’époque médiévale en l’honneur de Saint-Nicolas, cette dernière fut démantelée lors du rattachement de la bourgade à Stykkisholmur en 1563. Une nouvelle église fut bâtie en 1867 mais une tempête l’emporta la même année. Les habitants de l’époque ne se découragèrent pas et reconstruisirent l’édifice en 1888 où elle fut à nouveau dévastée le 23 décembre de cette même année ! Remise à nouveau d’aplomb en 1889, elle tint bon jusqu’en 1897. L’église actuelle fut érigée en 1899, détruite partiellement elle-aussi par une tempête en 1900 et restaurée cette même année…

Narfeyri, église, Islande

La petite église de Narfeyri à l’embouchure du petit Álftafjörður, côte Sud du Breiðafjörður

_____________________________________________________

A bientôt pour la lettre O ;).

36 réflexions sur “Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre N, du Námafjall à Narfeyri

  1. Merci , merci , merci pour ces belles photos qui me replongent dans ce voyage extraordinaire que j’ai fait en ce début janvier (je commence à peine à trier et traiter mes 1500 photos !!^^). Je suis littéralement tombée en amour avec ce pays, ces couleurs, ces contrastes, ces textures, ces mille paysages tous plus beaux les uns que les autres 🙂

      • Héhé, oui, c’est sûr, comment ne pas tomber sous le charme de ce pays si beau… L’Islande est une destination à la mode avec les inconvénients qui en découlent (cf: ton passage sur les touristes qui ne respectent pas les lieux). J’espère, comme toi, que L’Islande ne perdra pas trop de son authenticité en voulant trop s’adapter… :-/
        Merci pour les encouragements pour le tri… j’ai du pain sur la planche mais en même temps, cela va me permettre de continuer à voyager dans ma tête pour une coupe de mois encore ! 🙂
        À bientôt ! Amitiés

      • Je plussoie, entretenir les souvenirs et les faire revivre de cette manière est vraiment sympa en dépit de la masse de travail que ça représente. C’est ce qui me fait patienter entre deux virées 🙂 Maintenant je t’envie car pour rien ne te cacher, j’ai pris un sacré wagon de retard sur mes souvenirs avec mon ptit dico islandais, pour preuve je n’ai toujours pas attaquer le traitement de mes photos faites au Canada et en Alaska en mai/juin dernier 🙂 Va falloir que j’active avant d’avoir plusieurs périples de retard !!! 😉

        Au fait, tu as pu apercevoir des aurores finalement ?

      • 🙂 Avoir un wagon de retard, j’imagine que c’est le lot des photographes actifs passionnés n’est-ce-pas ?! Je te comprends totalement !
        Wow, le Canada et l’Alaska, c’est fabuleux !!! Bien hâte de voir tes images ! (non, non, je ne te mets pas de pression ^^)
        Et non, à mon grand grand regret, on n’a pas vu d’aurores… c’est la seule chose qui manquaient au tableau pour parfaire le tout mais bon, je ne désespère pas d’en voir un jour, ici ou ailleurs !

      • Zut pour les aurores mais bon, du coup, ça sera peut-être une excuse pour retenter l’aventure dans ce si beau pays ? Sinon le printemps, c’est vraiment top également (surtout si tu aimes la faune ailée comme moi :)), par contre pour les aurores c’est niet vu qu’il fait presque tout le temps jour 🙂 Mais, dis-moi, l’ovale auroral descend parfois jusqu’au Québec non ? J’imagine qu’il doit falloir que le Soleil soit sacrément en boule mais ça doit arriver de temps à autres ? Eh bien du coup, je vais croiser les doigts pour qu’il te fasse un petit cadeau un de ces quatre par chez toi 😉
        Amitiés
        Seb

      • Oh c’est sûr sûr sûr que je vais tout faire pour retourner en Islande à une autre saison (bon, pas tout de suite hein on s’entend, car c’est quand même un sacré budget !!)
        On pensait louer un « camper van » la prochaine fois pour faire le tour du pays et être un peu plus « libres ». Côté aurores, peut-être que je n’en verrais pas là-bas mais ici, ça se pourrait bien en effet. Mon chum en a déjà vue à Québec même… Merci pour le croisement de doigts, j’espère que ça va aider !! Haha ! Tu en as déjà vues toi ?
        P.S: j’adore les oiseaux… la nature végétale et animale me fascine 🙂

      • Oui un camper van, c’est une super idée, que du bonheur en prévision 🙂
        En ce qui concerne les aurores, non malheureusement, pas encore, mais je pars très très prochainement à la chasse afin d’y remédier 🙂 Mais chut, je n’ai rien dit 😉

  2. Ben dis donc, la pauvre église, il semble que les dieux ne voulaient vraiment pas la voir là ^^
    On n’a que deux items à se mettre sous la dent aujourd’hui, mais les nombreuses photos de Námafjall rattrapent bien le coup 😉 Merci de raviver ces souvenirs, c’est bien malheureux que l’endroit soit devenu payant… mais tes photos sont superbes, les couleurs sont géniales !
    La suiiiteuuh !

    • Salut Samuel,
      Effectivement, à croire qu’ils s’étaient plantés de Saint Patron 🙂
      Pour Námafjall, oui c’est bien dommage… Après, je serais vraiment curieux de savoir ce qui motive la chose (préservation du site, business pur, sécurité anti-ahuris…)…non, en fait, j’ai peur de la réponse…
      Bon, pour la lettre O, ça ne sera guère plus fourni mais faut que je reprenne un peu mon souffle avant la suite (j’appréhende déjà le S…) ! Merci Samuel et à très bientôt.
      Bonne soirée.
      Seb

      • Moi aussi j’ai peur de la réponse…

        Allez, je t’aide pour le O: « Oooooh que c’est beau », « Oooooh que c’est grand », sans oublier « On se les pèle ici » 😀
        A bientôt !

      • Un peu moins certes, mais mes parents ont regretté de n’avoir pas emmené un anorak (je l’avais, moi ! Ahah !). Cela dit, je pense être plus habitué à ces conditions maintenant… va falloir que j’y retourne pour vérifier cette conjecture, zut alors 😀
        Est-ce qu’on aura le faucon gerfO, aussi ? (pardon, mais quand Jérome n’est pas là, les souris dancent 😉 )

  3. Hello Samuel,
    De tels espaces où la nature rappelle en permanence que l’humain n’est pas le maître qu’il veut faire croire, souvent !…
    Les phénomènes géothermiques doivent permettre un chauffage à coût réduit dis-moi. 😉
    Merci pour tes belles photos, superbes as usual ! 🙂
    Avant de retrouver tes chers oiseaux et ton île adorée, viens donc prendre une part du gâteau spécial que j’ai préparé pour tous mes abonnés.
    Au plaisir,
    Cat

    • Salut Cat,
      Ah non moi c’est Seb, Samuel c’est par ici https://eiwawar.wordpress.com/
      et je recommande vivement !!! (mais tu connais déjà il me semble ;)).

      Sinon, oui, les Islandais profitent largement de cette activité (voir ici à Fermes islandaises et Kröflustöð notamment), tant qu’ils le font dans le respect de l’environnement, ça me va très très bien :).
      Merci en tout cas pour tes compliments, c’est très sympa, je vais quitter mon île un instant alors 😉
      Bonne soirée Cat.
      Seb

      • Oh, oui sorry Seb.. j’aime bien les deux blogs, voici pourquoi je vous associe tous les deux et vous ai d’ailleurs fait connaître sur Facebook ! 😉
        Belle soirée ! 🙂

  4. Sacrée histoire pour cette petite église !
    Merci pour encore pour ce petit retour en Islande ! A ce que je vois,j’ai encore raté quelques trucs à voir. Mais bon, ce petit pays est plein de surprises, et on pourrait y aller 100 fois qu’on passerait encore à coté de certaines choses !

    • La lettre N n’est pas ce qu’on peut appeler une grande lettre comme tu as pu le voir mais dans les modestes petites choses, il y a souvent de sympathiques surprises 😉 Content de t’avoir fait découvrir ce(s) petit(s) bonus en tout cas 😉
      A bientôt.
      Amitiés
      Seb

  5. Salut Seb,
    Quel contraste la photo colorée de l’église face aux précédentes et surtout, belle détermination des paroissiens.
    J’aime beaucoup ta série de photos où l’on se croirait sur une autre planète. Belle ambiance où les fumerolles peuvent jouer avec les nuages.
    Toujours délicate la gestion touristique. Soit on laisse faire en laissant tout à l’état nature, mais là, les touristes dégraderont tout par leur afflux et leur mauvais comportement, soit on gère en enlevant le côté « pleine nature » pour tenter de préserver au maximum les lieux mais ça enlève un petit quelque chose.
    Mes côtés « cons et sauvages » me font fuir ces endroits là, mais ces endroits là sont souvent splendides et intéressants. Il n’y a qu’une solution, les visiter hors saison. Pas facile la vie 😉
    Merci une fois de plus pour ce partage et l’intérêt que tu suscite avec ton petit dictionnaire.
    Belle journée à toi Seb et à la prochaine lettre 🙂

    • Coucou Val,
      Effectivement le hors saison est une excellente option, encore faut-il pouvoir en profiter 🙂 Si ces endroits comme tu dis sont généralement splendides, c’est bien souvent sur le chemin d’à côté que j’engrange mes meilleurs souvenirs et expériences. A Námafjall par exemple, la balade au sommet est tout simplement géniale, certes les marmites sont minuscules, les fumerolles et solfatares moins impressionnantes mais rares sont les visiteurs qui prennent le temps d’y grimper et tu te retrouves en grand chanceux à profiter du spectacle pour toi tout seul. Et ça, ça n’a pas de prix, ce n’est pas à toi que je vais l’apprendre 😉
      Bonne soirée/nuit Val et à très bientôt.
      Bises
      Seb

  6. Les contrastes de couleurs du champ géothermique sont agréables à l’œil.
    À te lire je me dis qu’il faut que je me dépêche d’aller visiter l’Islande avant qu’elle ne devienne gâchée par l’ambiance touristique.

      • Héhé 😉 j’ai décidé de laisser tomber le pseudo pour « construire » mon identité auteur et espérer gagner en visibilité pour la publication de mes livres… Donc c’est Cléa maintenant ^^

  7. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre S, de Sandafell au Svínafellsjökull | -- De Faune en Flore -- Le Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s