Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre H, de l’Hafnarfjall à Hvitserkur


carte, Islande, H

_____________________________________________________

HAFNARFJALL

_____________________________________________________

Dominant fièrement le Borgarfjörður de son inquiétante silhouette, le Hafnarfjall fait face à la petite ville de Borgarnes. Reconnaissable de très loin à ses impressionnantes pentes érodées d’un basalte presque noir, il culmine à 844 mètres. Il constitue avec le Skarðsheiði – le massif montagneux adjacent – les vestiges d’un large volcan en activité il y a 4 à 5 millions d’années.

Hafnarfjall, paysage

Le Hafnarfjall

_____________________________________________________

HARELDE BOREALE

_____________________________________________________

Petit canard à bec court, au plumage et aux mues complexes, la harelde boréale affectionne les eaux arctiques. Arpentant le littoral islandais pendant l’hiver à la recherche de mollusques et petits crustacés, elle s’installe le printemps venu dans les mares et marais de la toundra arctique où elle nichera.

Harelde boreale, oiseaux, Islande

Couple de hareldes boréales (Long-tailed Duck, Clangula hyemalis), Steingrímsfjarðarheiði, Vestfirðir

Le mâle est facilement reconnaissable à sa très longue queue noire effilée qu’il porte en toute saison.

Harelde boreale, oiseaux, Islande

Mâle adulte de harelde boréale (Long-tailed Duck, Clangula hyemalis), Steingrímsfjarðarheiði, Vestfirðir

Changeant jusqu’à quatre fois de plumage au fil des saisons, il est parfois difficile de s’y retrouver, en particulier chez les jeunes et les femelles. Globalement, on notera cependant que mâles et femelles arborent un plumage bien plus clair en hiver qu’en été où ils se parent de brun-noir sur le dessus. Ils portent tous deux en toute saison une tache noire plus ou moins étendue sur les parotiques et le cou. Si le mâle est en hiver plus blanc que la femelle, il devient en revanche plus sombre les beaux jours venus. En été, le blanc immaculé de son cou et de sa calotte laisseront place à un plumage noir. Seul l’œil sera entouré d’une tache blanche bordée de jaune roussâtre vers le bec.

Harelde boreale, oiseaux, Islande

Mâle adulte de harelde boréale (Long-tailed Duck, Clangula hyemalis), Steingrímsfjarðarheiði, Vestfirðir

A la même période, la femelle arborera un plumage plus terne, avec moins de blanc à la tête qu’en hiver mais conservera toujours son collier pâle.

Couples de hareldes boréales (Long-tailed Duck, Clangula hyemalis) et de cygnes chanteurs (Whooper Swan, Cygnus cygnus), Steingrímsfjarðarheiði, Vestfirðir

Couples de hareldes boréales (Long-tailed Duck, Clangula hyemalis) et de cygnes chanteurs (Whooper Swan, Cygnus cygnus), Steingrímsfjarðarheiði, Vestfirðir

La harelde boréale excelle dans l’art de la plongée. Pouvant rester une à deux minutes sous l’eau et descendre à 55 mètres de profondeur, elle nage les ailes entrouvertes en se propulsant avec ses pattes palmées. A la manière des phoques, elle aime s’aventurer sous la glace où de petites ouvertures lui suffiront à reprendre sa respiration.

plongeon, harelde, oiseaux

Plongeon, mâle adulte de harelde boréale (Long-tailed Duck, Clangula hyemalis), Steingrímsfjarðarheiði, Vestfirðir

_____________________________________________________

HARLES

_____________________________________________________

Canards plongeurs de taille très variable, les harles possèdent un bec à bords denticulés adapté à la préhension des poissons, leur principale nourriture. Sur les trois espèces présentes dans le paléarctique occidental, seuls le harle bièvre (Mergus merganser) et le harle huppé (Mergus serrator) sont présents couramment en Islande. La troisième espèce, le harle piette (Mergellus albellus) est très occasionnel, tout comme le harle couronné d’ailleurs (Lophodytes cucullatus), une espèce nord-américaine.

Nettement plus grand que ses congénères, le harle bièvre présente un long bec rouge crochu caractéristique. La délimitation entre le plumage de la tête (foncé) et du cou (clair) est toujours très nette chez les adultes, un peu moins chez les juvéniles. Sa tête paraît souvent grosse en raison d’une huppe fournie.

Harle bievre, oiseaux, laponie

Harle bièvre (Common Merganser, Mergus merganser), Péninsule de Nordkinn, Laponie

Si le mâle adulte nuptial est facilement identifiable avec sa tête noire à reflets verts, femelles, juvéniles et mâles adultes en éclipse se ressemblent beaucoup. On notera cependant la large plage alaire blanche chez le mâle en éclipse et la délimitation roux-blanc au cou moins nette que chez le juvénile. Le mâle de bièvre en éclipse a également une bande blanchâtre diffuse sur l’avant du cou que ne possède pas la femelle.

harle, bievre, oiseaux, Norvege

Harle bièvre (Common Merganser, Mergus merganser), mâle adulte en éclipse, Laponie norvégienne

Contrairement au harle bièvre, le harle huppé a un bec droit et fin à la base, légèrement incurvé vers le haut. A l’inverse de ce que laisserait penser son nom, sa huppe est également nettement moins fournie mais cependant plus ébouriffée et de ce fait plus visible.

harle huppé, oiseaux, laponie

Harle huppé (Red-breasted Merganser, Mergus serrator), laponie norvégienne

Tout comme chez le bièvre, le mâle est aisément identifiable en plumage nuptial avec sa tête noire aux reflets verts, son collier blanc et sa poitrine striée de noir. Mâles adultes en éclipse et femelles sont là encore plus difficilement différenciables mais on notera comme pour le bièvre la plage alaire blanche plus étendue chez le mâle en éclipse et son manteau plus noir.

harle huppé, oiseaux, Islande

Harles huppés (Red-breasted Merganser, Mergus serrator), mâle adulte en éclipse et femelle adulte, Ísafjarðardjúp, Vestfirðir

Contrairement aux harles huppés qui nichent à même le sol mais cachés dans la végétation, les harles bièvres nichent en hauteur dans la mesure du possible, dans un trou d’arbre, diverses cavités naturelles ou, à défaut, dans des nichoirs artificiels. Les couvées présentent généralement 8 à 12 œufs chez le harle (8 à 10 chez le harle huppé) que la femelle couvera seule pendant un mois environ. Les poussins sont nidifuges et pourront s’envoler deux mois environ après leur naissance.

_____________________________________________________

HENGIFOSS

_____________________________________________________

Voir à Falaises. Troisième plus haute cascade d’Islande (118 à 128 mètres selon les sources, je n’ai pas mesuré désolé :)), Hengifoss est située sur le cours du Brekkuselslækur, dans l’Est de L’Islande. Elle tient sa réputation au cirque qu’elle a creusé au fil des siècles et constitué de magnifiques strates basaltiques alternées de fines couches d’argile rouge.

_____________________________________________________

HIGHLANDS

_____________________________________________________

Highlands, Iceland

On a roulé sur la Lune …

_____________________________________________________

Hostiles, parfois même austères, les highlands forment le cœur noir et glacé de L’Islande. Ces hautes terres désertiques et inhospitalières sont constitués de hauts plateaux désolés, alternant champs de lave, volcans et vastes glaciers. Sans cesse fouettés par les vents arctiques, les conditions y sont extrêmes en hiver mais parfois aussi en été, les variations climatiques étant très brutales et violentes. La végétation y est bien entendu quasi-inexistante, seuls mousses et lichens parvenant à survivre en ces lieux. De même, rares sont les espèces animales qui osent s’aventurer au plus profond de ces vastes étendues désolées. Pour le visiteur de passage, la sensation d’isolement et de solitude est sensationnelle…

_____________________________________________________

HÖFÐI

_____________________________________________________

Voir à Flore également. Promontoire rocheux dominant Mývatn, Höfði offre de très beaux points de vue sur le lac et les alentours.

Hofdi, paysage, Myvatn, Islande

Vue panoramique sur Höfði

Les blocs de lave qui émergent ici et là des eaux translucides offrent des opportunités de nidification à de nombreux anatidés, tout comme la petite forêt qui borde ce labyrinthe basaltique.

Hofdi, lave, Myvatn, Islande

La planque, Höfði

Si vous aimez observer les oiseaux, dans le calme absolu et la pleine nature, cet endroit est fait pour vous ;).

Hofdi, Myvatn, paysage, Islande

Au milieu nage un plongeon…

_____________________________________________________

HRAFNSEYRARHEIÐI

_____________________________________________________

Haute terre désolée aux paysages sublimes s’étendant entre l’Arnarfjörður et le petit village de Þingeyri, la Hrafnseyrarheiði est l’unique passage permettant de relier les Vestfirðir du Sud à ceux du Nord.

Hrafnseyrarheidi, paysage, Islande

La Hrafnseyrarheiði et l’Arnólfsfjall en arrière-plan

Impraticable en hiver en raison des énormes quantités de neige qui s’y accumulent, un projet de tunnel est ici aussi dans les tuyaux (cf. Dynjandisheiði).

_____________________________________________________

HÚSAVÍK

_____________________________________________________

Petit port de pêche situé sur la côte septentrionale, Húsavík est la capitale du whale watching (observation des baleines)(cf. à Baleine).

Husavik, port, Islande

Le charmant port d’Húsavík et les monts enneigés du Viknafjöll au loin

Blotti dans la baie de Skjálfandi, Húsavík s’avère une étape agréable avec ses maisons de bois colorées face au monts enneigés du Viknafjöll.

Husavik, Islande

La flottille d’Húsavík

Sa très belle église du début du XXe siècle vaut également le détour pour son style atypique.

Husavik, église, Islande

L’église d’Húsavík

Húsavík, qui signifie baie des maisons, a été nommé ainsi car ce serait ici que Garðar Svavarson, le premier viking a avoir passé un hiver en Islande vers 865-870, construisit la première maison de la région (peut-être même la première du pays car la présence antérieure de moines irlandais (les papar), spécifiée dans les écrits et bien que très probable, n’a pour le moment pu être prouvée scientifiquement). Ce fut également lui qui rapporta pour la première fois que l’Islande était bien une île après en avoir fait le tour en bateau.

Husavik, maison, Islande

Maison de la baie des maisons 🙂

HVERARÖND

_____________________________________________________

Voir à Namafjall et à Fumerolles.

_____________________________________________________

_____________________________________________________

HVERAVELLIR

_____________________________________________________

Site géothermique situé au beau milieu de la F35 (l’une des deux pistes traversant l’Islande du Nord au Sud) entre les glaciers Langjökull et Hofsjökull, Hveravellir apparaît tel une oasis au milieu d’un désert de lave. Après de longues heures de route dans les hautes terres du milieu où champs de lave et déserts de sable s’étendent à perte de vue, ces quelques baraques de bois construites dans cet enfer volcanique semblent tenir du miracle. Dans un environnement hostile au possible, le lieu reprend doucement vie les longues nuits d’hiver derrière lui. Unique point de ravitaillement sur un rayon de 60 km à la ronde, les aventuriers de passage s’arrêtent ici pour s’imprégner de la magie du lieu et profiter de ses généreuses sources chaudes.

Hveravellir, source, géothermie, Islande

Source d’eau chaude, Hveravellir

_____________________________________________________

hutte, Hveravellir, Islande

La vieille hutte, Hveravellir

_____________________________________________________

Hveravellir, paysage, islande

Hot spot, Hveravellir

Si solfatares, marmites de boue et fumerolles attirent la très grande majorité des visiteurs, c’est dans les immenses étendues désertiques alentours que le spectacle est le plus saisissant. Dans un silence assourdissant, la magie de l’Islande s’offre à vous. Ici, dans cette nature à l’état brut, champs de lave, glaciers et volcans feront le paradis des randonneurs en mal d’aventure.

Stytur, paysage, Hveravellir, Islande

Vue panoramique sur le volcan Strýtur (cliquer sur l’image pour l’agrandir)

_____________________________________________________

volcan, Strytur, paysage, Islande

Le cratère du volcan Strýtur au premier plan et le glacier Langjökull en arrière-plan, Hveravellir

_____________________________________________________

HVERFELL

_____________________________________________________

Voir aussi à Cratère. Connu également sous le nom de Hverfjall qui signifie littéralement la montagne de la source chaude, le Hverfell est un jeune volcan apparu lors d’une éruption il y a tout juste 2500 ans. Haut de 250 mètres pour un diamètre de 1200 mètres, un chemin de randonnée en fait le tour et offre de superbes panoramas sur le lac Mývatn tout proche et les montagnes d’or et de feu des environs de Námafjall.

volcan, Hverfell, Hverfjall, paysage, Islande

Vue sur le cratère depuis son sommet. Au loin, on distingue les monts soufrés du Námafjall

_____________________________________________________

Hverfell, paysage, volcan, Islande

Vue sur le cône du volcan depuis son sommet

_____________________________________________________

La spéciale Samuel ;).

Paysage, Islande, volcan, Hverfell

Vue sur le lac Mývatn depuis le sommet du cratère

HVÍTSERKUR

_____________________________________________________

Imposant bloc de basalte émergeant des flots, il doit sa renommée à la double arche naturelle présente à sa base. Le Hvítserkur est situé sur le littoral oriental de la péninsule de Vatnsnes (Nord-Ouest).

Le Hvítserkur, littoral oriental de la péninsule de Vatnsnes (Nord-Ouest)

Le Hvítserkur, littoral oriental de la péninsule de Vatnsnes (Nord-Ouest)

L’endroit est également réputé accueillir une importante colonie de phoques, sur la lagune qui lui fait face.

phoques, Hvitserkur, Islande

Farniente, environs de Hvítserkur

_____________________________________________________

A très bientôt pour la lettre I ;).

40 réflexions sur “Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre H, de l’Hafnarfjall à Hvitserkur

  1. Cette fois j’ai pas raté une lettre !
    J’aime beaucoup la première photo des Highlands, je suis toujours impressionné par l’impact que peut avoir une photo de route… on avait fait la traversée sur la F35, mais on n’avait pas logé à Hvervallir. On avait passé la nuit dans un refuge perdu au milieu de nulle part, un peu plus au sud, avec passage de gué (le premier en Islande; mon père, ce héros ^^) après le coucher de soleil (ben oui, la voiture avait passé la matinée au garage près de Myvatn, après avoir cassé la courroie de direction la veille… bref). Endroit bien désolé, avec seulement des Oies à bec court (coche !) et des coureurs (le genre qui te court un marathon par jour pendant une semaine… des tarés :o). Que de souvenirs…
    Je suis évidemment complètement fou des hareldes aussi :p
    Merci pour la dédicace, et merci d’avoir mis mon blog dans ta rubrique « A découvrir », c’est bien gentil 🙂

    La suiiteuh !

    • Salut Samuel, effectivement, je note que tu ne l’as pas loupée celle-là et que tu es en plus dans le peloton de tête (oui, je sais, moi je suis tout derrière, à croire que je n’ai pas bougé de la ligne de départ ! Mais si, j’avance, à la vitesse d’un escargot xérostomique mais j’avance 🙂 ). J’avais également prévu de passer par ces fameux gués mais le dégel fut très tardif l’année dernière et la route était barrée après Hverallir. J’ai dû refaire une énorme boucle par l’Ouest pour repasser au Sud… Comble de l’ironie, elle ouvrait le lendemain du jour où je me résignais à faire le grand tour… Bon, je te rassure, j’ai quand même pu cocher les oies à bec court, mais plus au Nord cependant 😉 Et les hareldes, magnifiques, les voir se balader sur et sous la glace avec tant d’aisance, ça m’en donne encore des frissons 🙂 Pas de quoi pour la dédicace, c’est tout à fait mérité, très sincère et si peu, c’est plutôt moi qui te remercie encore 😉 Pour la suite, les prochaines lettres devraient être plus light, j’espère pouvoir en sortir quelques-unes avant mon départ 😉
      Bonne soirée et à très vite sûrement chez toi ce coup-ci 😉
      Seb

    • Bonsoir Pascale, oui, oui, je te souhaite d’y faire un tour si l’occasion se présente, tout amoureux de la Nature y trouve forcément son compte, c’est un pays sublime et tellement à part… Merci pour ta visite et pour tes mots fort sympathiques.
      Amitiés
      Seb

  2. Chaque fois un grand plaisir de me retrouver en Islande au travers de vos reportages… Belles images bien documentées.
    Combien de temps avez vous passé dans ce magnifique pays ?

    • Merci beaucoup, c’est très gentil de votre part, ravi de pouvoir partager ces merveilleux souvenirs avec vous. Malheureusement, je n’y pas passé plus d’un petit mois pour le moment sur deux voyages espacés de 8 longues années 🙂 Bien entendu, il me reste beaucoup de choses à découvrir là-bas, donc j’espère y retourner un de ces 4. Une fois qu’on a mis les pieds sur cette île, rares sont ceux qui ne réitèrent pas l’aventure, le virus s’attrape vite 🙂
      Bonne soirée.
      Amitiés
      Seb

    • Merci beaucoup, c’est très gentil 🙂
      Oui, la petite harelde a bien du mérite, une championne des banquises méconnue 🙂
      Le Hverfell est effectivement tout en formes, c’est vraiment étonnant, ses pentes semblent onduler, c’en est presque envoûtant 🙂
      Bonne soirée et à bientôt (je m’excuse, j’ai un retard monstre dans toutes mes lectures (euh, dans tout en fait !) mais je ne désespère pas de le combler ;))
      Amitiés
      Seb

  3. J’aime pas tes articles… à chaque fois, ça donne envie de partir… 😉

    Tu as pu observer les Harles bièvres ? Je les ai cherché un moment à Myvtan avant de les trouver, et je n’ai pu les voir que de loin…
    Et puis que de souvenirs, j’avais adoré Höfði, je ne m’attendais pas à trouver ce décor là-bas. Magnifique ! Et Husavik, capitale de la baleine, charmant petit village ! Et encore des coins que je ne connaissais pas et superbement mis en valeur… Merci Sebastien. 🙂

    • J’adore ta manière de détester mes articles 🙂 Si je peux, je recommencerai, promis !
      Pour les bièvres, oui, pas de soucis, j’en ai vu pas mal mais pas à Mývatn, plutôt dans les fjords de l’Ouest, de beaux bébés !
      Pour Höfði, tout pareil, j’adore l’ambiance qui y règne. A noter que j’y avais dormi lors de mon premier voyage mais le temps était tellement pourri que je n’avais rien vu, ni zozios ni paysages, je l’ai donc découvert véritablement que l’année dernière. J’ai d’autres excellents souvenirs de cet endroit mais que j’ai réservé pour d’autres lettres, faut répartir un peu les mots 🙂
      Húsavík aussi me laisse de bons souvenirs, je trouve qu’il y règne une tranquillité toute islandaise mais avec un je ne sais quoi de plus… Merci à toi Jérôme, toujours aussi fidèle (je le suis aussi mais en mode apériodique :))
      A très vite et bonne soirée (au fait, tu dois être dans les starting-blocks là non ? :))
      Amitiés
      Seb

      • Mon anniversaire récent à contribuer à remplir un peu plus mon sac à dos que j’ai d’ailleurs eu à mon anniversaire !… et pas plus sinon, ça se prépare doucement, doucement… je ferai mon sac la veille du départ quoi, comme d’hab’ ! 😉

      • Cool, eh bien BON ANNIVERSAIRE (en retard) JÉRÔME 🙂 Des cadeaux utiles, c’est très bien 😉 Sinon, pour le départ, la prépa se fait aussi un peu dans la tête non ? Y a des ursus maritimus qui t’attendent tout de même là-bas 🙂

      • Merci 🙂

        Je préfère ne pas trop y penser (un peu quand même), je vis au jour le jour… je ne veux pas trop me faire de fausses idées et préfère voir sur place et me faire mon avis seul, pas envie d’être déçu… même si au Svalbard, on doit rarement être déçu, et il doit pas y avoir beaucoup de fausses idées. 🙂

      • T’as entièrement raison, ça sert à rien de se faire des films 🙂 N’empêche que je penserai à toi quand à la même période j’aurai un Ursus arctos horribilis qui me courra aux fesses 🙂 (ça serait pas bon signe si ça arrivait, vais éviter si possible quand même !)

      • Yep, un peu avant toi d’ailleurs mais je passe d’abord quelques temps sur la côte Est (Nord) voir la famille. Le jour de ton départ, je serai à Jasper si tout va bien 😉

      • Ah oui ! On sera peut-être en synchronisation d’ours alors ! 🙂 Tu pars combien de temps ? Tu vas te régaler, j’espère que tu nous ramènera de belles photos d’élan (orignal comme ils disent, j’adore cet animal) et surtout, comment tu vas faire avec ton alphabet ? :p

      • 🙂 Un tout petit peu plus de 3 semaines, j’espère me régaler autant que toi, ce serait déjà pas mal 🙂 Pour les élans, j’y compte bien, je les avais loupés en Laponie (à part l’arrière-train d’un maousse entrant dans la forêt, énorme !). J’ai prévu d’aller dans des coins un peu paumés comme je les aime et j’espère aussi croiser des ours bien sûr mais aussi des loups, castors, loutres et avec un peu, non, beaucoup de chance et beaucoup de précaution lynx, cougars ou carcajous (y a le droit de rêver non ?). Et puis, n’oublions pas en vrac les loutres, orques, baleines, porcs-épics, écureuils, cerfs, marmottes, mouffettes, otaries et j’en passe 🙂 Y a de quoi faire par là-bas ! Pour les zozios, y aussi du beau monde… Après tout pareil que toi, j’évite de tirer des plans sur la comète, ça m’évitera d’être déçu… dans tous les cas, être déjà dans la Nature, qui plus est superbe, ce sera déjà un pur régal donc on verra bien ! Les meilleures rencontres ne sont pas toujours celles que l’on espère 😉

      • Ah j’oubliais, pour l’alphabet, vu ma vitesse de rédaction, vous ne verrez même pas que je suis parti (toi encore moins pour le coup :)). Mais j’essaie de prendre de bonnes résolutions, vu que les prochaines lettres sont moins chargées, je vais tenter d’écrire un ou deux articles à l’avance ! Ce serait une première et c’est pas gagné 🙂

      • Va falloir qu’il tourne longtemps car j’ai déjà un max de trucs à faire et le voyage coupé en deux, c’est loin d’être la Polynésie 🙂 Mais je vais creuser l’idée, merci Jérôme 😉 Au moins, je sais que je ne m’ennuierais pas là-haut (en même temps, je suis toujours collé au hublot comme les gamins :)) Au fait, si t’es toujours sur ta banquise le 12 juin au matin, lève la tête si t’entend un gros coucou (une très gros hein, en même temps un coucou au Svalbard, t’as beau être doué pour les coches y a des limites :)), je te ferai moi aussi un coucou de mon hublot embué 😉

  4. Merci beaucoup de nous faire visiter ce magnifique pays, tes vidéos,
    tes photos sont merveilleuses, et c’est un plaisir de les admirer!
    Belle soirée à toi Seb

    • L’Islande profonde…je trouvais que cette chanson collait bien à ces paysages désertiques, un tantinet désolés 😉
      Effectivement, tu as malheureusement raison, à notre échelle, nous n’y pouvons pas grand chose si ce n’est ouvrir les yeux au plus grand nombre sur les merveilles qui survivent encore à nos désastres… Merci Philippe 😉
      A bientôt
      Seb

  5. Salut Seb,
    Je suis au boulot, il n’y a personne, il fait sombre, il pleut et…
    Je viens de me régaler sur la route 35 🙂 tout ce que j’aime. Personne, la solitude et l’immensité.
    J’avais déjà pris une tite dose bien sympa avec les hareldes, les harles et le reste, mais la route m’a vraiment emballée avec un pti 360° en prime. C’est grandiose.
    Je suis super contente de suivre des gars comme toi ou Jêrome 😉 nannnnnnnnn pas parce que vous êtes des gars sympas, juste parce que vous allez où j’aime et que vous allez ramener de belles images 😆
    Dans une autre dimension que la tienne, je vais profiter de ma semaine de liberté pour essayer de cocher du pèlerin, du grand tétras et pourquoi pas du lynx. Faut s’attendre à tout dans la vie, même au meilleur.
    Bon week-end et merci pour cette balade en H.
    Bises à + et si on ne se croise pas avant ton départ (étant donné que je suis tout le temps à la bourre, sauf cette fois), profite à fond 🙂

    • Salut Val,

      Ravi de t’avoir embarquée avec moi sur la route 35 ! M’étonne qu’à moitié que ça te plaise 😉
      Pour les belles images, on va essayer de pas décevoir…
      En attendant, ta tick list me fait baver, vu comment tu crapahutes, tu finiras bien par croiser ces merveilles, question de temps, de persévérance et de migrations naturalistes plus ou lointaines 🙂 En tout cas, coche ou pas coche, profite à fond de ta semaine comme tu sais si bien le faire, on attend ta cueillette d’étincelles avec impatience !
      Et merci encore pour ta visite et tes encouragements, promis j’aurais une petite pensée pour toi du fin fond des Rocheuses canadiennes 😉
      Bises
      Seb

  6. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre K, de Kaldalón à Kröflustöð | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  7. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre L, des labbes aux lupins | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  8. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre M, des Macareux moines à Mývatn | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  9. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre V, de Varmahlíð à Víti | -- De Faune en Flore -- Le Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s