Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre D, de Dalvik à Dyrhólaey


_____________________________________________________

DALVIK

_____________________________________________________

Dalvik-map

Petit village de pêcheurs fort sympathique, Dalvik est pour moi un havre de paix. Blotti au pied des magnifiques montagnes enneigées de la péninsule des trolls, la Tröllaskagi, il s’étire tout en douceur le long des rives calmes de l’Eyjafjörður. Certes, ce n’est sans doute pas le plus beau village d’Islande mais il y règne une atmosphère douce et relaxante et les environs sont tout bonnement magnifiques. Bien entendu, savoir apprécier l’odeur de poisson qui y flotte peut aider :).

Dalvik, Iceland, landscapes

Vue panoramique de Dalvik (cliquer sur la photo pour l’agrandir)

_____________________________________________________

A la belle saison, les alentours du village se parent de forêts de lupins bleus d’Alaska (Lupinus nootkatensis) qui égayent la montagne et les rives du fjord.

Dalvik, mountains, Lupinus nootkatensis

Au milieu coule une rivière, environs de Dalvik

_____________________________________________________

Malheureusement, si cette plante introduite au pays de glace au sortir de la guerre a permis en de nombreux endroits de fixer les sols et de ralentir l’érosion, sa vivacité laisse peu de place à la concurrence locale et endémique…

Lupin bleu, fleur, flore, Islande

Champs de lupins bleus sur les bords de l’Eyjafjörður

_____________________________________________________

DESERTS ISLANDAIS

_____________________________________________________

N’imaginez tout de même pas découvrir ici de magnifiques dunes de sable orangé avec un dromadaire en toile de fond, on reste en Islande les amis :). Non, les déserts islandais ressemblent plus à d’immenses étendues faites de lave, de cendre ou de cailloux. Mystérieuses et inhospitalières, elles sont l’ordinaire des hauts plateaux islandais, terres oubliées et reculées qui façonnent depuis toujours l’imaginaire collectif. Constituant l’essentiel de l’intérieur de l’île, les conditions extrêmes qui y règnent les rendent inhabitables et même impossibles d’accès une grande partie de l’année. Pendant les courts mois d’été, il est cependant possible de parcourir ces fascinantes étendues lunaires où l’on se sent vite petit grain de poussière dans un océan minéral…

Modrudalur, desert, Iceland

La tempête arrive, environs de Möðrudalur

_____________________________________________________

DETTIFOSS

_____________________________________________________

Cascade de tous les superlatifs, Dettifoss est la maousse cascade islandaise par excellence. Charriant 200 000 à 500 000 litres par seconde (oui oui, par seconde !), elle est probablement la cascade la plus puissante d’Europe. Les eaux glacées qui l’alimentent viennent de la Jökulsá á Fjöllum, seconde rivière la plus longue d’Islande (206 km) et issue de la fonte du glacier Vatnajökull.

_____________________________________________________

Dettifoss,East-Iceland

Vue sur Dettifoss depuis la rive Est

_____________________________________________________

Haute de 44 m et large de près de 100 m, elle se jette à corps perdu dans les gorges de Jökulsárgljúfur, canyon de la Jökulsá á Fjöllum. Comme beaucoup de choses en Islande, ce canyon doit son origine à des éruptions volcaniques ayant eu lieu il y a 8000 à 9000 ans seulement. Ces éruptions ont formé des coulées de lave qui se sont ensuite érodées au passage des eaux impétueuses issues de la fonte du glacier. Ce mécanisme a très probablement été accéléré par des inondations successives liées à une activité volcanique soutenue sous le glacier. Aujourd’hui encore, le processus d’érosion se poursuit, mais plus doucement, enfin, jusqu’à la prochaine grosse éruption !

Dettifoss, cascade, Islande

Au plus près du monstre, Dettifoss, rive Ouest

_____________________________________________________

DJÚPVEGUR

_____________________________________________________

Djup-map

La Djúpvegur, littéralement la route du Djúp, est une célèbre portion de la route 61 des Vestfirðir (fjords de l’Ouest) tirant son nom de l’immense Ísafjarðardjúp (le profond fjord glacé en français) qu’elle longe sur près de 180 km. S’étirant entre Bolungarvik et la côte septentrionale du Breiðafjörður, elle traverse des paysages à couper le souffle. Longeant les nombreux fjords de la côte Sud de l’Ísafjarðardjúp, elle entraîne le visiteur dans des paysages de toute beauté, à cheval entre mer et montagnes.

Djup, Djupvegur,Altafjordur

Sur le Djúp – L’Álftafjörður et le village de Súðavík depuis la Djúpvegur (cliquer sur la photo pour l’agrandir)

_____________________________________________________

La très faible densité de population de l’endroit est également propice à la présence d’un grand nombre d’espèces animales. Au détour des fjords, on peut ainsi croiser cygnes chanteurs, plongeons catmarins, eiders en pagaille ainsi que de belles colonies de phoques communs (Phoca vitulina).

Djup, harbour seal, fjord

Phoques & fjord, Djúpvegur

_____________________________________________________

DRANGSNES

_____________________________________________________

Drangsnes-map

_____________________________________________________

Minuscule village d’à peine 70 âmes, Drangsnes sur dresse sur le rivage découpé de la baie d’Húnaflói, à l’embouchure du Steingrímsfjörður. En face du petit hameau constitué par deux uniques rues, se trouve la petite île de Grímsey (à ne pas confondre avec sa grande sœur bien connue et traversée par le cercle polaire). La légende locale raconte que Grímsey vit le jour lorsque trois trolls tentèrent de détacher les Vestfirðir (fjords de l’Ouest) du reste de l’Islande. En jetant roches, lave et boue dans toutes les directions, ils créèrent ainsi ce petit bout de terre et toutes les îles du Breiðafjörður. Fort heureusement, le lever du soleil les pétrifia alors que seulement 8 petit km de terre leur avaient résisté… Aujourd’hui, l’un de ces trolls pétrifiés, Kerling, est encore visible à Drangsnes. Son taureau, Uxi, est visible au Nord-Ouest de Grímsey.

Uxi, troll, Grimsey, Drangsnes

Grímsey et Uxi (sur la gauche) depuis Drangsnes

_____________________________________________________

La baie d’Húnaflói étant très ouverte (50 km de large pour 100 km de long), les tempêtes y sont fréquentes. En témoignent les nombreux troncs d’arbre sibériens qui s’échouent ici après avoir dérivé des milliers de kilomètres dans l’océan glacial arctique via le courant du Groenland oriental (à la vitesse moyenne de 400 à 1000 km par an, ils mettent environ 4 à 5 ans pour parvenir en Islande). Une véritable aubaine pour les populations locales dans un pays où le bois est si rare. Rendus très durs et quasi-imputrescibles par ces longues années passées en mer, ces troncs trouvent depuis des siècles une seconde vie dans le quotidien de nos amis islandais.

Driftwood, Iceland, bois flotté, Islande

De la Sibérie aux côtes nord-islandaises, environs de Drangsnes

_____________________________________________________

DYNJANDI

_____________________________________________________

Dynjandi-map

_____________________________________________________

Et voici la réponse partielle à la 3ème énigme « cascade » de la lettre C :). Impossible de ne pas succomber aux charmes de ce mur d’eau dégringolant de la montagne enneigée. La cascade de Dynjandi est la plus grande et la plus impressionnante des sept cascades qui se succèdent pour amener la rivière Dynjandisá jusqu’au Dynjandisvogur (voir plus bas), l’un des nombreux bras de l’Arnarfjördur.

Dynjandi, waterfall, Iceland

Dynjandi l’étourdissante

_____________________________________________________

Si l’ensemble appelé aussi Fjallfoss fait près de 100 mètres de haut, la Dynjandi s’étire tel un immense éventail de 30 m au sommet par 60 m à sa base.

Dynjandi, Fjallfoss, cascades, Islande

Une cascade de cascades, Fjallfoss

_____________________________________________________

Les autres cascades, plus modestes, complètent cependant magnifiquement ce tableau de maître.

Fjallfoss, Dyjandisvogur, Iceland

Plongeon, Fjallfoss

_____________________________________________________

DYNJANDISHEIÐI

_____________________________________________________

Plateau désertique surplombant la partie orientale de l’Arnarfjörður, le Dynjandisheiði est traversé par la route 60 qui offre sur cette portion de superbes panoramas sur la montagne enneigée et les fjords encaissés (tels le Dyjandisvogur éponyme). Si les sommets culminent seulement à 752 m, cette route est uniquement praticable à la belle saison. Le reste du temps, elle est recouverte d’un épais manteau neigeux pouvant atteindre près de 10 m d’épaisseur par endroits ! Afin de désenclaver les rares habitants de la région, un projet de tunnel serait dans les cartons… En attendant, profitons-en pour nous en mettre plein la vue ;).

_____________________________________________________

DYNJANDISVOGUR

_____________________________________________________

Magnifique fjord au fond duquel se jette la cascade de Dynjandi et l’ensemble de Fjallfoss. Prolongeant l’Arnarfjördur vers les hauts plateaux de Gláma et le Dynjandisheiði, le Dynjandisvogur fait seulement 1,5 km de large pour 2 km de long. Une paille en comparaison avec ses grands frères, les Islandais parlent d’ailleurs de crique (vogur) et non de fjord pour ce petit coin de paradis.

_____________________________________________________

Dyjandisvogur, fjord, Iceland

Coucher de soleil sur le Dyjandisvogur

_____________________________________________________

Dyjandisvogur, Dyjandisheidi, Iceland

Le Dynjandisvogur depuis le Dynjandisheiði

_____________________________________________________

DYRHÓLAEY

_____________________________________________________

Point le plus mériodional d’Islande, Dyrhólaey est aussi l’un des plus pluvieux avec près de 2300 mm/an (presque deux fois plus qu’à Brest c’est dire :)). Facilement repérable à sa fameuse arche volcanique et à la ribambelle de rochers à proximité. La jolie péninsule est par ailleurs un lieu de nidification important pour les macareux moines, fumars et autres guillemots.

Dyrhólaey, Reynisdrangar

Dyrhólaey depuis Reynisdrangar

_____________________________________________________

Merci à tous pour votre patience et à « très vite » pour la lettre E 😉

33 réflexions sur “Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre D, de Dalvik à Dyrhólaey

  1. Je viens de prendre une énorme bouffée de rêve. J’adore.
    Beauté, grandeur, solitude, immensité et fraîcheur, sans parler de la faune et la flore.
    Tout ce que j’aime… je m’y voyais déjà et quel bonheur de faire un tour de voiture dans cet endroit, même si ça doit secouer par endroit 🙂
    Voilà, ça y est ça me reprend mes envie d’évasion. Il n’y a pas, va falloir que l’on trouve le temps avant qu’il ne soit trop tard…
    Encore merci Seb pour tout ça.
    Belle journée et à bientôt pour le D

    • Je suis content de lire tes mots, quand je passe dans ces petits coins de montagne absolument magiques, je ne peux pas m’empêcher de penser « Tiens, c’est bigrement différent de chez elle mais je suis sûr que Val aurait adoré 🙂 ». Allez hop, faut planifier tout ça, tu me remercieras plus tard 😉 Sinon, pour le D, je ne comptais pas revenir dessus vu que j’avance déjà pas vite, mais bon, je vais peut-être y réfléchir alors 🙂
      Bonne soirée encore et merci Val.
      Bises
      Seb

      • Heuuuuuuuu pas D mais E. Noon je ne suis pas une tête en l’air mais bon j’aime bien regarder le ciel 😉
        Donc, j’attends le E
        Bonne journée à toi.
        Moi, repos, ciel étoilé…ça s’annonce bien.
        Bises

  2. Oooouuaaaiiiiii, un nouvel article \o/ \o/
    Bon ben on en prend plein les yeux, comme d’hab. J’adore Dettifoss, et la photo de couverture est superbe !
    Question: c’est toi qui fait ces cartes?

    • T’y croyais plus hein, avoue 🙂 Merci beaucoup Samuel, de bien bon souvenirs tout ça !
      Pour les cartes, c’est une question qui revient très souvent, en fait, oui et non. Je m’explique : Les fonds de carte sont issus d’Aperture (super logiciel photos pour Mac qu’Apple a honteusement abandonné pour une application que je trouve *****que, Photos…) mais comme beaucoup de lieux manquent, je les place manuellement et rajoute également tout ce qui est couleurs spécifiques, flèches, cercles, anim ou routes comme pour le Djup… ça fait un peu de boulot tout de même 🙂 Pour Tetiaroa, j’avais même recréé la carte complètement car les fonds de carte n’étaient pas suffisamment détaillés ! Je ne me cherche pas d’excuses (quoi que) mais voilà entre autres pourquoi mes articles mettent autant de temps à tomber dans les boites mail 😉 (bon, la vraie raison c’est aussi que j’ai toujours un milliard de trucs à faire !)
      Bonne soirée Samuel et merci encore !
      Seb

  3. Toujours de magnifiques photos qui font rêver, en particulier celles des cascades dont l’effet « filé » de la pause longue apporte de la douceur et de la zénitude (surtout quand on aime l’eau comme moi !)
    à bientôt pour le E 🙂

    • Merci beaucoup, encore pas mal d’imperfections dans ma maîtrise de cet effet (que j’aime beaucoup également)… mais je ne désespère pas, à force de persévérance, ça viendra 🙂
      A bientôt oui, j’ai un énorme retard partout mais je compte bien finir par le rattraper 😉
      Bonne soirée
      Amitiés
      Seb

  4. Heureusement que tu es allé faire un tour dans les fjords du nord-ouest, sinon tu n’aurais pas eu grand chose à nous montrer avec le D. 😀

    Mais quel plaisir, voila un coin que je ne connais pas (mises à part la majestueuse Dettifoss, un incontournable, et les falaises de Dyrhólaey). Ca donne la bougeotte tout ça et une furieuse envie de repartir là-bas… peut-être l’année prochaine, qui sait…

    Merci, et j’attends le E avec impatience et pour que tu ailles un peu plus vite, je vais t’aider un peu: eiders, élan, Eyjafjörður, Eyjafjallajokull, elfe, excursion, éruption…

    A bientôt 😉

    • Alala Jérome, à force de nous dire que tu veux y retourner, va falloir y aller maintenant 😀
      Et « élan », comme dans « prendre son élan » ? Nan parce que sinon, je vois pas :p

      • T’as raison ! Va falloir que je prenne mon élan pour y retourner, ça ne me ferait pas de mal.

        Oui, bah pour élan, effectivement, je devais dormir quand j’ai écrit… je pensais à renne qui ne commence pas par un E… il s’est passé un truc bizarre dans ma tête… :/

      • Ne t’inquiète pas Jérôme, on te taquine, ça arrive même aux meilleurs, la preuve 🙂 Bon, par contre, pour les rennes, va falloir attendre « un peu » 🙂

      • Je patiente, je patiente. 🙂 Mais tu vas nous trouver un truc pour l’élan, du genre élan d’oisiveté ou un truc comme ça 🙂

    • Salut Jérôme, effectivement plus de D dans le Nord-Ouest qu’ailleurs mais cette impression est due je pense aux 3 Dyjandi…car sinon Dettifoss est au Nord-Est, Dyrholaey, plein Sud, Dalvik, plein Nord et les déserts…partout 🙂 Content en tout cas que ça te donne envie d’y retourner, moi en tout cas, je crois que je ne m’en lasserai jamais 🙂
      Au fait, c’est sympa de vouloir accélérer mon rythme de stylommatophore mais faudrait tout de même m’élan-cer sur de fausses pistes, c’est vache ça (re :)) 🙂 Bon, pour te faire plaisir, je vais réfléchir si je peux pas le caser quelque part quand même… mais je ne te promets rien !
      Merci encore pour ta visite 😉
      Bonne soirée
      Seb

  5. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre E, des églises islandaises à l’Eyjafjörður | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  6. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre F, des falaises aux fumerolles | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  7. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre H, de l’Hafnarfjall à Hvitserkur | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  8. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre I, d’Illugastaðir à Ísafjörður | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  9. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre J, de Jarðböðin við Mývatn au Jökulsárlón | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  10. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre K, de Kaldalón à Kröflustöð | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  11. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre L, des labbes aux lupins | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  12. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre M, des Macareux moines à Mývatn | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  13. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre O, des oies à bec court à l’Önundarfjörður | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  14. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre S, de Sandafell au Svínafellsjökull | -- De Faune en Flore -- Le Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s