Lumières sur les Monts d’Arrée: Au pays de l’Ankou, le psychopompe de Basse-Bretagne


Dominant fièrement la Bretagne, les Monts d’Arrée ont quelque chose de magique.

Certes, leur modeste altitude ferait sourire plus d’un montagnard : 385 m pour le Roc’h Ruz (roc rouge), 384 m pour le Roc’h Trevezel & le Tuchenn Kador (tertre du trône), 383 m pour le Roc’h Trédudon et 380 m pour le Mont Saint-Michel de Brasparts (380 m).

Monts d'Arrée+Ankou+Bretagne+Paysages

Chemin de la pierre bleue, Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 10 mm – f/8,0 – 1/100s – 100 ISO

Pourtant, fouler ces landes inhospitalières et gravir ces crêtes schisteuses aux quartzites affleurant ne peut laisser indifférent. Une ambiance si particulière y demeure en toute saison.

Monts d'arrée+Ankou+Bretagne+Paysages

Sur la ligne de crête, Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 10 mm – f/10,0 – 1/60s – 100 ISO

Limite de deux mondes, le Léon et la Cornouaille, il fut longtemps une contrée sauvage, oubliée et crainte. Repère de brigands et sanctuaire des derniers loups de Bretagne, pays au climat hostile et à la terre peu fertile battue par les vents. La vie y était rude et le pilhaouer (chiffonnier) y circulait de village en village.

Monts d'Arrée+Ankou+Bretagne+Paysages

Sur les crêtes rocheuses, Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 10 mm – f/10,0 – 1/15s – 160 ISO

C’est aussi sur cette terre d’exception, aux paysages si caractéristiques, terreau de l’imaginaire collectif, que les légendes bretonnes ont germé de plus belle. Ce sont sur ces chemins creux battus par les vents de noroît et suroît que l’on pourrait entendre grincer la charrette de l’Ankou, le psychopompe de Basse-Bretagne. Malheur cependant à qui jouirait de ce privilège, cela signifierait qu’il ne tarderait pas à passer dans l’au-delà, finissant ainsi dans la karrigell (carriole) de ce messager de la Mort.

Monts d'Arrée+Ankou+Bretagne+Paysages

Avant l’arrivée de l’Ankou, Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 300 mm – f/4,0 – 1/1600s – 100 ISO

Pour ceux qui comme moi ont gardé leur âme d’enfant et souhaitent se plonger dans l’ambiance magique du lieu, je ne peux que vous conseiller la lecture ou relecture de l’Ankou de Spirou et Fantasio par Fournier (1978). Le hasard faisant bien les choses, vous y trouverez aussi au cœur de l’intrigue, la centrale nucléaire de Brennilis, commune des Monts d’Arrée, au paroxysme de la propagande armée du nationalisme breton. Cette centrale, à l’arrêt depuis 1985, n’est toujours pas entièrement démantelée et la facture s’élève pourtant déjà à près d’un demi-milliard d’euros… Et si l’Ankou était le point commun entre Fukushima et Brennilis ?

Panorama sur les Monts d'Arrée, Finistère (29) - Au loin, à gauche, la centrale nucléaire de Brennilis (cliquer sur l'image pour l'agrandir) - Canon EOS 7D – 10 mm – f/10,0 – 1/50s – 100 ISO

Panorama sur les Monts d’Arrée, Finistère (29) – Au loin, à gauche, la centrale nucléaire de Brennilis (cliquer sur l’image pour l’agrandir) – Canon EOS 7D – 10 mm – f/10,0 – 1/50s – 100 ISO

Pour conclure  plus légèrement sur mes petits monts que j’aime tant, je laisse le vers à trois auteurs bretons aux œuvres magnifiant si bien la région :

Anatole Le Braz, La légende de la mort chez les Bretons armoricains (1902)

« Ces montagnes qui n’en sont plus se souviennent de l’avoir été. Jusque dans leur médiocrité présente, elles gardent un je ne sais quoi de fier et de merveilleux qui ne permet point de les ravaler au rang de simples collines. Vous êtes ici au balcon de l’Occident »

Monts d'Arrée+Ankou+Bretagne+Paysages+Finistère

« Au balcon de l’Occident » (Th. Botrel), Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 10 mm – f/10,0 – 1/30s – 100 ISO

Xavier Grall, Les vents m’ont dit (1982)

« J’aimerais vous montrer les monts chauves de l’Arrée, les sentiers blancs qui conduisent à des manoirs poignardés, les chemins qui s’enroulent autour des hameaux bleus. C’est un pays de brumes et de vents en bataille, avec des toponymes aussi fluides que des ondées, aussi sonores que des gongs »

Monts d'Arree+Ankou+Bretagne+Paysages+Finistère

Chemin de la pierre bleue, Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 10 mm – f/10,0 – 1/125s – 100 ISO

Théodore Botrel, Contes du lit-clos (1900)

C’est moi, l’Ankou ! … L’Ankou qui brise
Un os de mort dont il aiguise
Sa vieille faulx sur son genou…
Moi ! qui puis te faire, à ma guise,
Le sang plus froid que le caillou !

Lorsque à le frapper je m’apprête
L’homme riche s’écrie : « Arrête !
Laisse-moi vivre un jour encor
Et je remplirai ta charrette
De mes grands coffres tout pleins d’or !… »

Un jour !!! pas même une seconde !
Car si j’acceptais, à la ronde,
Ne fût-ce qu’un demi-denier,
Nul ne serait riche en ce monde :
J’aurais tout l’Or du monde entier !

Qu’à sa tête on allume un cierge,
Qu’avec l’eau bénite on l’asperge
Et que l’on jette un drap dessus :
Je n’ai pas fait grâce à la Vierge,
Je n’ai pas fait grâce à Jésus !

Au temps du Déluge et de l’Arche,
On a vu plus d’un Patriarche
Vivre huit et neuf fois cent ans…
Pourtant à chacun j’ai dit : Marche !
Tous m’ont suivi… depuis longtemps !


Tous ! malgré prière ou blasphème :
Abel premier, Caïn deuxième,
Tous ceux de l’Ancien Testament !
Ceux du Nouveau : Sainte Anne même,
Monsieur Saint Jean pareillement ;

Car je n’épargne pas un Homme :
Pas plus le Saint Père, dans Rome,
Que ses grands Cardinaux mîtrés :
Je prendrai les Évêques comme
Les Cloarecs et les Curés !

J’ai pris les Rois avec les Reines,
Les grands Seigneurs dans leurs Domaines,
Les Sabotiers au fond des bois,
Les Soldats et les Capitaines,
Les Artisans et les Bourgeois…

Ami, tu vas grossir leur nombre !…
Dans le Soir de plus en plus sombre
Entends-tu grincer un essieu ?
C’est Moi qui m’avance avec l’Ombre,
N’attendant que l’ordre de Dieu !

Ce que tu prends, dans ta démence,
Pour un Rayon de Sa clémence
C’est la grande Faulx de l’Ankou
Qui peut, d’une envolée immense,
Faucher tous les Hommes…
d’un coup !!!

Monts d'Arrée+Ankou+Bretagne+Finsitère+Paysages

Avant l’arrivée de l’Ankou, Monts d’Arrée, Finistère (29) – Canon EOS 7D – 420 mm – f/5,6 – 1/800s – 100 ISO

6 réflexions sur “Lumières sur les Monts d’Arrée: Au pays de l’Ankou, le psychopompe de Basse-Bretagne

    • Magnifique en effet, dommage que je ne puisse retranscrire l’ambiance si particulière qui y règne. Si tu passes pas loin un de ces quatre, fais-y une petite virée, je suis certain que ça te plaira!

      Bonne soirée et à bientôt

      Seb

  1. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettre A, des agneaux aux aurores boréales | -- De Faune en Flore -- Le Blog

  2. Pingback: Mon petit dictionnaire illustré de l’Islande : Lettres W à Z, de Wading à Zeph | -- De Faune en Flore -- Le Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s