La sittelle et le vieux chêne


En cette fin d’été ensoleillé, la forêt vit ses derniers jours de l’année, vêtue de sa fringante toison verte. En haut du majestueux chêne, la vie animale profite de ces derniers instants de douceur. Vuih, vuih, vuih, vuih … en pagaille.

Le joyeux raffut s’accompagne rapidement de petits coups secs sur l’écorce du colosse végétal. Pas de doute, la belle et agile sittelle torchepot a élu domicile en haut lieu et parcourt énergiquement la ramure séculaire.

Sittelle, sittelle torchepot, Eurasian Nuthatch, Sitta europaea

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/640s – 800 ISO

La tête en bas, ce charmant sittidé de nos régions vadrouille sans relâche et pique de son long bec pointu pour déloger son festin.

Sittelle, sittelle torchepot, Eurasian Nuthatch, Sitta europaea

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/400s – 500 ISO

Au menu, insectes et araignées mais également des glands, ce serait dommage de ne pas en profiter!

Sittelle, sittelle torchepot, Eurasian Nuthatch, Sitta europaea

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/500s – 125 ISO

D’ailleurs, elle n’est pas la seule, l’écureuil roux n’est pas loin et effectue ses provisions pour l’hiver à venir.

Ecureuil roux, red squirrel, Sciurus vulgaris

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/500s – 320 ISO

Son petit bandeau noir sur les yeux lui donne un petit air de zorro de la canopée bien sympathique.

Sittelle, sittelle torchepot, Eurasian Nuthatch, Sitta europaea

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/400s – 640 ISO

Son corps trapu ainsi que ses puissantes et courtes pattes lui permettent de jouer aux équilibristes, dans des positions impossibles et avec une facilité déconcertante! Son plumage bleu ardoise sur le dessus et sa teinte chamois rouille sur le dessous (pour le mâle, blanche pour la femelle) parfont la tenue de ce très bel oiseau si attachant.

Sittelle, sittelle torchepot, Eurasian Nuthatch, Sitta europaea

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/400s – 200 ISO

Un ami à plumes que j’apprécie particulièrement, vous l’aurez compris. Le rencontrer est à chaque fois un petit bonheur, à coup sûr!

Sittelle, sittelle torchepot, Eurasian Nuthatch, Sitta europaea

Canon EOS 7D – 300 mm – f/3,2 – 1/500s – 640 ISO

24 réflexions sur “La sittelle et le vieux chêne

  1. Pingback: Bistrak-aod, le voyageur au long cours | -- De Faune en Flore -- Le Blog

    • Merci beaucoup Lo, un oiseau que j’affectionne également beaucoup 🙂 Et l’écureuil aussi, mais ça, c’est presque évident, je n’ai jamais entendu personne affirmer haut et fort qu’il n’aimait pas les écureuils, roux qui plus est ! Toujours un pur régal de les croiser mais ce n’est pas à toi que je vais l’apprendre 😉
      Amitiés
      Seb

      • Oui c’est sur qu’ils sont tellement « mignons » ces écureuils…Mais bon il y a d’autres animaux qui sont très beaux également mais qui sont mal aimés…L’écureuil a échappé à ça…
        Oui je partage ce régal quand j’en vois hihi. Là j’avoue que je ne suis pas allée les observer depuis un moment, il va falloir que je remédie à cela…
        Amitiés,
        Lo

      • Oui, malheureusement, je pense à tes magnifiques renards et renardeaux notamment 😦
        J’attends avec impatience ta prochaine rencontre avec les casse-noisettes 😉
        Amitiés
        Seb

      • Oui…J’y pense tous les jours à ces animaux sauvages…
        Moi aussi j’ai hâte de revoir les petits acrobates :).
        Bientôt, bientôt…
        Amitiés, Lo

  2. Mon père m’avait fait découvrir la Sitelle dans le verger de notre terrain. Elle parcourait le tronc des pommiers tête en bas, cet oiseau m’a marqué étant petit ! Merci pour ces belles images 🙂

    • Merci beaucoup Audric, c’est également de la même manière que j’ai découvert cet oiseau, de bien bons souvenirs… Depuis, j’ai toujours gardé une attirance particulière pour lui et c’est à chaque fois un grand plaisir que de croiser son chemin 😉
      Amitiés
      Seb

  3. Je me laisse voyager d’article en article via tes liens et je me retrouve ici ! Magnifique petit oiseau que… je n’ai encore jamais vu… il faut dire que ça court pas les rues par chez moi ! 🙂

    • J’adore également cet oiseau, son plumage, sa silhouette, ses postures… Par contre, je suis vraiment surpris, je pensais à tort qu’il était commun presque partout en France, partout sauf par chez toi apparemment 🙂 Je me souviens de l’avoir découvert gamin descendant en spirale les troncs des bouleaux dans les Cévennes, cela m’avait vraiment marqué ! Et dans les forêts où tu traques le BC y en a pas ? Monte un poil plus au Nord sinon et ça devrait s’arranger 🙂 Moi, c’est sa cousine corse qui m’a snobé par le passé 😉
      Amitiés
      Seb

      • Il y une petite zone autour de la Méditerranée où certains oiseaux communs ailleurs (Sittelle, Pic épeiche, Mésange huppée…) sont peu représentés… c’est chez moi ! Regarde les cartes de distribution sur ton guide ornitho ! 🙂

        Les forêts de Chênes kermès où sont les busards mesurent 50cm à tout casser ! Donc à part des pitchous, il n’y a pas grand chose ! 🙂

        Mais, je ne désespère pas… et puis moi, j’ai vu la Sittelle à poitrine blanche à Central Park, ça compense ! 🙂

      • Oui, j’ai vu ça effectivement, mais bon, faut une justice, tu as tellement d’autres espèces incroyables présentes uniquement chez toi ou presque, ça équilibre un poil et ça oblige à cocher ailleurs 🙂 Pour les chênes kermès, effectivement ça limite les possibilités, les sittelles ne sont pas bien grandes mais quand même, faut pas pousser ! 🙂
        +1 pour la spb, très très belle effectivement, j’ai eu la chance d’en apercevoir une aussi à Montréal. D’ailleurs, je me rends compte que j’ai un carton plein sur les sittelles nord-américaines, j’ai eu la sittelle pygmée à San Francisco et la sittelle à poitrine rousse au Grand Teton NP ! Youhou ! Cool, merci Jérôme, sans toi, je passais à côté de cette bonne news 🙂

      • Ah ah ! Si je peux rendre service ! 😉

        Je ne me plains pas de mon petit chez moi, ma dernière sortie (hors busard) m’a permis d’observer entre autre une vingtaine de glaréoles et de talèves, un blongios et un crabier… on va pas commencer à râler ! 🙂

      • Eh ben voilà qu’est-ce que je disais… incroyable, 3 espèces sur 4 que je n’ai jamais vu… et pas des moindres, bigre ! Les glaréoles, hâte de voir ça !!!!

      • Ah oui, oui, à défaut d’en profiter de nos yeux sur le terrain, suis preneur de qq petits clichés chez toi 😉 Mais sinon c’est pas grave, rien que l’idée que tu es pu savourer cet instant, c’est vraiment cool ! Des rencontres de ce type, ça redonne la pêche ! 🙂

      • Oh ouiiiiiiiiiiiiii ! Superbes ! Et puis la vingtaine de talèves juste après, nickel ! Je n’en avais jamais vu autant d’un coup ! Avec une Aigrette des récifs x garzette en + !

      • Ah OK, ils étaient grisâtres du coup ou déjà bien bleu ? Les talèves ont combien de petits en moyenne ? Je ne connais pas bien cette espèce, vue une seule fois au Maroc (superbe, la talève et le Maroc :)).

      • Il y avait de tout, de l’adulte au jeune grisonnant en passant par un gros poussin retardataire. Les talèves pondent entre 2 et 7 oeufs, et tu te doutes bien qu’ils n’atteignent pas tous l’âge adulte…

        Je suis allé 2 fois au Maroc, mais je n’y ai pas fait d’ornitho et je dois avouer que ça me tenterait bien. C’est un beau pays assez diversifié en paysage et donc… en espèces ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s